3 questions à Louis Roux, manager de centre-ville à  Valence

En 3 ans, Valence fait chuter son taux de vacance commerciale de 2,2 points 


À une heure de Lyon et Avignon, Valence est idéalement placée pour exister économiquement et couvrir une vaste zone de chalandise (450 000 personnes) sur la Drôme et l’Ardèche. Pour renforcer son attractivité commerciale, la ville a recruté un manager de centre-ville en 2018. Alors que le taux de vacance commerciale a chuté de 2,2 points, Louis Roux détaille les actions menées depuis sa prise de poste.


Dans quel contexte avez-vous pris vos fonctions à Valence ? 


En 2018, le centre-ville connaissait une certaine fragilité. Avec une vacance commerciale de 8 %, la situation n’était pas catastrophique, mais la tendance était à la fermeture. 

Dès 2017, la Ville avait organisé des assises locales pour déterminer des axes de dynamisation du centre-ville, notamment le recrutement d’un manager de centre-ville pour assurer 3 grandes missions :

Développer un observatoire du commerce local ;

Accompagner les porteurs de projet et les orienter vers les bons interlocuteurs ;

Mettre en relation les commerçants actuels et futurs avec les acteurs de l’immobilier commercial.



Quelles ont été les grandes mesures prises durant ces 3 années ? 


D’emblée, la Ville a souhaité installer un guichet unique dédié aux commerçants dans le centre-ville . Ainsi, depuis juillet 2019, l’Office du commerce, où j’exerce mes fonctions, a pignon sur rue, ce qui facilite la réactivité avec les commerçants car il est plus aisé de venir dans une boutique que de se déplacer dans une collectivité, surtout lorsqu’on ne sait pas à qui s’adresser.  

Nous avons aussi mis en place des compteurs piétons un peu partout dans le centre-ville pour nourrir notre connaissance du contexte local et apporter des réponses précises aux porteurs de projet. 

Le dispositif « boutique à l’essai » a également vu le jour pour permettre à des petits porteurs de projet indépendants de tester leur activité. La Ville prend en charge 50 % du loyer pendant un an et demi, le temps de bien structurer l’activité. L’objectif est qu’au terme de 3 ans, le locataire signe un bail 3/6/9 classique avec le propriétaire. La boutique à l’essai déménage alors dans un autre local avec un nouveau porteur de projet. 


Plus largement, la Ville a engagé des travaux structurants et d’embellissement et, pour répondre au sentiment d’insécurité, la police municipale a emménagé en centre-ville. 

Enfin, dans le contexte particulier du covid, nous avons mis en place une plate-forme d’e-commerce qui regroupe 180 commerçants du centre-ville. 


Le taux de vacance commerciale est passé à 5,8 %. Quels sont les projets à venir ? 


D’abord, nous souhaitons miser sur le tourisme pour développer l’attractivité commerciale. Après la mise en service de la halte fluviale en 2019 qui devrait attirer 150 000 plaisanciers par an en centre-ville, le nouveau palais des congrès devrait aussi apporter son flux de nouveaux visiteurs.

Ensuite, sur le plan strictement commercial, le nouveau PLU contient des mesures pour interdire la transformation des locaux du centre-ville en logement afin de conserver des cellules commerciales. Dans le même objectif, une taxe sur les friches commerciales est à l’étude. 

Aujourd’hui, ma mission s’élargit aux quartiers périphériques du centre-ville où l’on constate une surabondance dans certains secteurs d’activité et une paupérisation avec des commerces peu qualitatifs. Ce sont ces quartiers à la croisée des zones en fort développement et du centre-ville qu’il convient désormais de dynamiser. 


Vous souhaitez ouvrir votre commerce, acheter un fonds de commerce à Valence, ouvrir votre commerce, acheter un fonds de commerce dans la Drôme, retrouvez toutes nos annonces sur www.lesannoncesducommerce.fr